Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 08:15

Votre réforme territoriale est à l’image de ce que je craignais, (http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/reforme-territoriale-chronique-d-152793 ) tuée dans l’œuf par les corporatismes politiques par votre volonté de synthèse dont vous avez perdu le mode d’emploi, par les revendications identitaires, les querelles de clocher, les fausses rivalités et une médiatisation qui ne s’intéresse qu’à l’écume des choses.

Une réforme à l’envers

Lorsqu’on construit un édifice on commence par les fondations et on monte les murs avant de poser la charpente et le toit. Dans votre volonté de faire vite, de proposer quelque chose qui marquerait enfin votre passage à l’Elysée, à défaut d’avoir des résultats sur l’emploi et l’économie vous commencez cette réforme par la fin. C’est dire que l’édifice est fragile et qu’il ne survivra pas aux débats qui vont commencer.

Commencer par le commencement

Pour bien faire, cette réforme nécessitait que l’on s’intéresse d’abord aux communes et aux intercommunalités. Le problème n’est pas le nombre de communes, mais leur capacité théorique à tout faire au nom de la clause de compétence générale alors que beaucoup d’entre elles n’ont ni les capacités financières ni les capacités techniques. C’est donc bien dans le cadre de l’intercommunalité que doit être traitée cette question financière et de mutualisation des compétences.

Sauf que,… Aujourd’hui, l’intercommunalité en France, c’est un peu l’auberge espagnole, de l’intercommunalité urbaine qui peut concerner la moitié ou plus de la population d’un département et qui dispose de moyens conséquents, à l’intercommunalité très rurale qui n’est que la réunion de communes manquant cruellement de moyens. Derrière cette situation se trouve la somme des égoïsmes des élus locaux qui mettent en avant leurs tropismes politiques avant l’intérêt de leurs concitoyens. Résultat : des secteurs ruraux en totale déshérence et qui ne vivent que grâce à des perfusions financières.

Ensuite, le Conseil Général

A partir d’une intercommunalité cohérente, que vous nous proposez qu’à partir de 2017 (et encore sera-t-elle cohérente par rapport aux territoires vécus par les habitants ?), la disparition du Conseil Général (en 2020 !) qui sert actuellement de béquille financière et de tutelle technique aux intercommunalités actuelles, est envisageable et la répartition de ses compétences actuelles entre la Région et les intercommunalités nouvelles, évidente.

Enfin la Région

La Région n’a pas seulement vocation à s’occuper de compétences telles que les lycées, les transports ou bien la formation professionnelle. Elle a également un rôle majeur à jouer en matière d’économie et d’aménagement du territoire en lien avec les nouvelles intercommunalités qui pourraient être les Pays actuels. C’est là que se joue l’avenir de la ruralité et de la proximité avec le citoyen.

Quelles sont les conséquences de votre projet ?

Tout d’abord un mécontentement palpable dans les territoires à forte identité qui attendaient autre chose, même si le critère identitaire ne doit pas tout gouverner. Ensuite, des mécontentements des élus de tous bords (mais c’était prévisible) et un peuple ignorant de la mécanique territoriale et prête à suivre celui qui gueulera le plus fort et alimentera des débats à la con comme celui de l’implantation des services et de l’hôtel de la Région, avec l’aide bienveillante des médias qui ne s’intéresse pas aux enjeux réels.

Le pire, c’est que c’est que votre réforme à l’envers va laisser sur le carreau un Conseil Général exsangue dépouillé de ses compétences en matière de collèges et de transports, dépouillé sans doute également de la clause de compétence générale et réduit à exercer la gestion de compétences sociales qui n’enthousiasment pas les conseillers généraux davantage attirés par les inaugurations de ronds points et les signatures de conventions. Sans parler de la démotivation des personnels territoriaux…

La pire des conséquences, à court terme, sera financière

Rien à espérer rapidement puisqu’on garde les mêmes et on continue : pas de simplification du mille feuille par la suppression d’un niveau. On garde donc les assemblées en place avec le même nombre d’élus et les mêmes coûts de fonctionnement et de communication.

Pire, le transfert de compétences départementales à la Région sans suppression du Conseil Général va provoque des problèmes de cohabitation ou de décohabitation des services avec des coûts immobiliers induits, des primes versées au titre de la délocalisation ou de la relocalisation et des compromis imbéciles sur la localisation des exécutifs locaux (hôtel des départements et des Régions).

Une réforme ni faite ni à faire

Incohérente, tape à l’œil, destinée à masquer l’essentiel, à savoir votre incapacité à agir sur l’emploi et l’économie et la bêtise crasse des élus et des partis politiques en pleine déliquescence, voilà comment on peut qualifier votre projet, si on peut le qualifier ainsi, et la situation politique bloquée de notre pays.

Rien n’est résolu, et surtout pas les attentes des citoyens en matière de proximité et d’impôts locaux.

Etonnez-vous après cela que le seul parti qui n’ait jamais été confronté à la gestion des affaires se frotte les mains en attendant les prochains scrutins où il se proclamera encore premier parti de France.

Voilà ce qui nous attend.

Vous feriez mieux d’abandonner ce projet avant d’être désavoué par le Parlement, par la rue, ou pire encore par un électorat attiré par les sirènes du populisme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : Société - Réforme des collectivités locales - Vie des collectivités locales d'Ille et Vilaine - Nouvelles - Coups de gueules
  • Contact

Recherche

Liens