Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 22:28

De qui cette phrase : « La question est de savoir, maintenant, si le gouvernement grec est capable de présenter un programme de réforme sur lequel il n’a pas été élu ».

De qui cette autre : « Nous espérons que la France présentera un programme et un calendrier de reformes détaillées, réalistes et d’envergure ».

La première est de l’inénarrable Moscovici, commissaire européen et la seconde de son « tuteur » Jyrki Katainen, Vice-Président de la commission européenne, deux « démocrates » éminents qui ont une fâcheuse tendance à se substituer aux gouvernements nationaux et à s’asseoir sur la volonté des peuples, au nom d’une orthodoxie européenne rendant ainsi illusoire toute légitimité obtenue par le suffrage universel.

Ce n’est pas nouveau !

Le référendum de 2005 sur le traité européen portait en germe l’abandon des souverainetés nationales à terme et les citoyens français malgré le tapage médiatique fait autour du oui avaient répondu non, ce qui n’avait pas empêché le Parlement réuni en congrès d’avaliser ce texte mortifère deux ans après.

Les Irlandais, qui avaient eu l’impudence de répondre non en première semaine ont été sommés de se déjuger quelque temps après, c’est-à-dire après des menaces économiques des talibans de la commission européenne.

Car c’est un fait, aux yeux de ces technocrates totalement asservis au monde économique et financier, quand ils ne sont pas de mèche avec lui, le peuple est con, ignare, et si on l’écoute, pour un peu il empêcherait cette belle machine à faire de profits, à licencier et à polluer et détruire la planète de continuer son travail mortifère.

Dix ans après, la désastreuse Commission européenne a désormais les mains libres et prend peu à peu le pouvoir sur les représentants élus des pays et prépare dans le dos de tout le monde et de manière fort peu démocratique, le fameux Tafta destiné à déréguler encore un peu plus le commerce mondial au profit des Etats Unis.

L’essentiel se passe désormais ailleurs…

…Ailleurs que dans les pays qui constituent l’Union européenne, c’est-à-dire à Bruxelles qui prépare le terrain à Monsanto, Google, et autres vendeurs de viandes bodybuildées aux hormones qui écraseront irrémédiablement toutes velléités de protection des productions nationales auxquelles nous tenons. Le marché européen deviendra pour ces géants, qui œuvrent bien évidemment « pour le bien de la planète » une simple plateforme de distribution pour leurs cochonneries et leurs polluants.

L’essentiel se passe ailleurs, donc, et vous pouvez le constater chaque jour, en France ou en Grèce par exemple, ailleurs que dans les urnes, puisque ce mode d’expression devient de plus en plus « has been » pour la commission européenne et la banque centrale européenne dirigée par un ancien de Goldman Sachs, qui n’était sans doute pas ignorant des magouilles de la banque qui l’employait pour minorer la dette souveraine grecque : un jour on maquille les comptes d’un pays et le lendemain, à la tête de la BCE, on prépare les crises financières à venir qui justifieront encore plus d’austérité et de misère sociale.

Nous avons désormais le choix entre une politique libérale et une politique ultra libérale, c’est-à-dire que la marge est faible et que ni la droite, qui s’est empressée de ratifier le traité européen en 2007, ni la gauche, qui mène la même politique que la droite ou bien le FN qui prédit des lendemains qui chantent avant des surlendemains qui déchanteront irrémédiablement, ne sont à même d’influer sur le sort funeste qui attend les populations européennes.

Et en France, pendant ce temps…

« Mon adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti » disait-il dans son fameux discours du Bourget qui résonne encore dans nos oreilles. Il voulait parler de la finance qui a fini par avoir raison de sa (molle) résistance et de sa conviction électoraliste.

Les banques, les notaires, les avocats, les pharmaciens, les médecins, les actionnaires des sociétés d’autoroute, le Medef, et tant d’autre nécessiteux, ont eu raison –mais ont-ils eu besoin seulement de combattre – de ces promesses illusoires étant entendu qu’elles n’étaient pas compatibles avec l’orthodoxie économique européenne, représentée par la dogmatique commission non élue.

Alors pour masquer l’impuissance face au monstre européen ou l’impuissance tout court de ceux qui nous gouvernent, voire leur incompétence, on nous bricole quelques réformes sociétales qui éloignent le débat des véritables enjeux, on part en guerre sur la seule décision du président de la République, on commémore à tour de bras et on remet des médailles et on continue de faire voter les citoyens, comme récemment pour les départementales, sans qu’ils sachent pour quoi ils votaient.

Les résultats sont là, comme pour les élections européennes, moins de la moitié des électeurs se sont exprimés. Prochaine bérézina démocratique annoncée et prochaine déroute électorale : les régionales.

Mais ça ne fait rien et ça ne changera rien à l’ordre des choses : gauche et droite sont devenues les fondés de pouvoirs d’une hydre supra nationale chargé d’écraser la volonté et le besoin démocratique des peuples au nom du profit.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cassin 14/04/2015 11:35

Encore une superbe explication mais Michel pourrais tu faire plus court ! Pour que je lise tout amitiés Joël

ielosubmarine 14/04/2015 18:09

Bonjour Jo

Il y a tellement de choses à dire...

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : Société - Réforme des collectivités locales - Vie des collectivités locales d'Ille et Vilaine - Nouvelles - Coups de gueules
  • Contact

Recherche

Liens