Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 07:02

Deux ou trois choses sur la primaire

Victoire importante de l’outsider, celui qu’on n’attendait pas et défaite douloureuse pour l’agité qui y croyait encore, avec en filigrane quelques recompositions que personne n’a vu venir, voilà en quelque sorte les enseignements de cette primaire.

La faillite des instituts de sondage

Quand le gagnant de la primaire se retrouve à plus de quarante pour cent alors qu’il était crédité au mieux d’un score voisin des autres candidats, voilà qui interroge sur les méthodes des sondeurs ou pour le moins sur leur capacité à saisir avec des algorithmes la pensée profonde de l’électorat.

Quand, en plus Sarkozy, positionné au même niveau que Fillon se retrouve loin derrière, les questions sur la fiabilité des méthodes des sondeurs se pose avec davantage d’acuité.

Il faut dire que ce sont les mêmes oracles qui n’ont pas vu venir ni le Brexit, ni la victoire de Trump !

Fillon, le candidat des évêques

Bien propre sur lui, famille nombreuse traditionnelle et marié avec la même épouse depuis longtemps, Fillon offre au départ un profil séduisant pour la droite traditionnelle catho. Ajoutons à cela, ses prises de position concernant la famille et son refus des évolutions en matière d’adoption et nous voici en marche vers une droite à la polonaise et les forts clivages qu’elle ne manquera pas de provoquer dans une société française qui évolue.

Cette propulsion au premier plan d’un candidat jugé jusqu’à présent de terne doit beaucoup au regain d’activité de la religion catholique dans notre pays. Si Daesh, n’est pas parvenu à provoquer un guerre civile en France, c’est sans doute grâce au regain de la religion catholique et de ses prises de positions relayées par une presse bien-pensante qui a vu là une opportunité de tailler des croupières à une laïcité toujours pas digérée depuis 1905.

Fillon a su capter ce climat et s’attirer les faveurs de groupuscules tels que « Sens commun » ou la « Manif pour tous ». Le vote « catho » tradi ou pas est par ailleurs une réalité dans des départements traditionnellement catholiques.

Sarkozy, la fin ?

Non qualifié pour le second tout, on pourrait penser qu’il va cette fois, enfin, quitter la vie politique, mais qu’on ne s’y trompe pas, son ralliement surprise pour Fillon indique qu’il souhaite intervenir, d’une manière ou d’une autre sans le débat.

Appeler à voter pour Fillon, il n’y a pas si longtemps qualifié de traîte (cf le déjeuner avec la Secrétaire Général de l’Elysée sur l’accélération des affaires concernant Sarkozy), indique bien la ligne droitière choisie par Sarkozy qui s’oppose à la ligne « centriste » incarnée par Juppé.

Bref, Sarkozy qui se plaçait sur une ligne très droitière, flirtant même avec les thèses frontistes, a été victime du vote utile en faveur de Fillon dont les électeurs se démarquent nettement du FN sur la question de l’identité, tout en validant les autres aspects du programme de Fillon fait de sacrifices.

Enfin, toujours dans cette même lecture, Sarkozy, dont la vie matrimoniale fut parfois heurtée, et dont la vie judiciaire est parsemée d’affaires qui sentent le souffre, provoque une aversion parmi l’électorat catholique de droite, ferme sur les valeurs.

Mauvaise nouvelle pour le Front National de Marine Le Pen

Le courant qui porte François Fillon est composé d’un électorat traditionnel de droite qui a pu se déporter autrefois vers le vote Front National et qui revient aujourd’hui au bercail. La chute de Sarkozy lors du scrutin d’hier indique ce mouvement engagé au sein de la droite classique, mais les 42 % obtenus par Fillon ne peuvent pas s’expliquer autrement que par un vote important d’électeurs du FN en sa faveur.   

La volonté de normalisation de M. Le Pen est en train de trouver ses limites dans l’ascension de Fillon qui est capable de ramener à lui les égarés de droite tentés par une trop grande rupture proposée par le FN.

Par ailleurs, le courant catho/tradi incarné par Marion Maréchal Le Pen devient compatible avec la ligne Fillon, et celle, sans doute jugée trop libérale de la tante Marine, prend tout à coup un grand coup derrière les oreilles.  

Et les socialistes, dans tout ça ?

L’hypothèse Juppé s’éloignant, Hollande va sans doute trouver dans ce résultat de la primaire de droite un encouragement à se présenter avec un programme sociétal plutôt qu’économique (bien évidemment).

Il peut désormais espérer le retour de l’électorat favorable aux réformes de sociétés, inquiets de la ligne Fillon et de ce que cela suppose comme connexions avec un électorat très droitier.

Pour autant, avec la pétaudière qui règne à gauche  et la candidature Macron qui sème le trouble (encore que l’hypothèse d’un ralliement de Macron à Hollande ne soit pas à écarter), donne une image confuse de la situation. Cela devrait prochainement s’éclairer par l’annonce de la candidature de Hollande au primaire et la désignation d’un candidat commun qualifié pour se battre contre Fillon et son programme droitier.       

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pierre 21/11/2016 09:59

Pour les sondages, sur la question posée par Le point, le résultat figure dans l'ordre à quelques % près.
Que représentent les 12% reconnus par la gauche de ses électeurs ayant participé au vote? Et comme Macron est issu des mêmes formations que Fillon, dans la même veine que Delord (Chrétien social) n'est-ce pas la laïcité et donc le sociétal religieux qui domine la réflexion des Français.

ielosubmarine 22/11/2016 20:28

Bonjour Pierre
Il y a tout d'abord une différence à faire entre les programmes des candidats aux primaires et les réalisations futures : on constate que les choses "s'adoucissent", gauche et droite confondues. Dès lors, c'est bien vers le sociétal que bifurquent les débats et les prises de positions des électeurs. S'agissant du religieux et de la laïcité, je ne mets pas sur le même plan Delors et Fillon, dans la mesure où ce dernier est ouvertement soutenu par "sens commun" qui est un satellite de la manif pour tous. Quant à Macron, comme pour ses propositions économiques il est difficile de se prononcer sur ses orientation sociétales

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : Société - Réforme des collectivités locales - Vie des collectivités locales d'Ille et Vilaine - Nouvelles - Coups de gueules
  • Contact

Recherche

Liens