Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 22:53

Sans rien apporter de bien nouveau sur le fond de l’affaire, François Fillon aura trouvé la martingale  justifiant son maintien comme candidat de la droite et du centre et donné l’orientation de sa défense.

C’est moi ou le chaos

Voilà la ligne retenue par le candidat et sur ce point on peut lui concéder le fait d’avoir tué les débats sur son éventuel remplacement en s’appuyant sur la légitimité du vote des électeurs à la primaire. Il nous joue donc la petite musique de la rencontre d’un homme et du peuple en se positionnant en dehors du parti.

Cela veut dire qu’il renvoie dans les cordes toute contestation venue de l’intérieur du parti et dit gentiment aux jeunes loups dont les dents rayent le parquet et qui se posaient déjà en recours que leur tour n’est pas encore venu.

La stratégie du Titanic

Pari possible ? On verra si cette posture martiale mâtinée de contrition aura des effets dans l’opinion publique. Sur les électeurs de droite, peut-être, sur ceux du centre, c’est moins sûr et la fuite vers des candidats comme Le Pen ou Macron est sans doute actée pour certains d’entre eux.

Ce qui est certain, c’est que la campagne de la droite et du centre a du plomb dans l’aile et que l’espoir d’être au second tour, puis en position de gagner l’élection présidentielle s’est singulièrement éloignée pour François Fillon.

Le capitaine pris dans la tourmente prend ses responsabilités dans la tempête mais n’empêchera sans doute pas le navire LR de sombrer.

L’organisation de son immunité

La pratique des emplois d’assistants parlementaires choisis parmi les membres de sa famille ainsi que la question de la légitimité du parquet national financier auront tenu pas mal de place dans cette conférence de presse bien verrouillée.

Sur le premier point on aura surtout entendu que « c’est légal », même si la question de la moralité de la pratique aura amené le candidat à un acte de contrition public, ce qui est bien le moins pour quelqu’un qui se revendique « Gaulliste et catholique ». Pas question pour autant de rembourser, puisque c’était légal. Sur la question des montants versés tant à son épouse qu’à ses enfants, F. Fillon aura surtout cherché à minimiser les montants en parlant de salaires nets en oubliant que les contribuables ont payés les salaires bruts, ce qui justifie le montant de 1 Million d’euros publié dans la presse.

Enfin, on s’étonnera tout de même du niveau des salaires attribués par M. Fillon, employeur, à des membres de sa famille quand on sait que le salaire des avocats débutants travaillant en cabinets dépasse rarement 1500 euros nets.

Second aspect, le parquet national financier ne serait pas compétent au nom de la séparation des pouvoirs, le judiciaire ne pouvant intervenir le législatif. C’est aller un peu vite en besogne dans la mesure où les faits incriminés n’ont rien à voir avec le député, celui qui élabore les lois et contrôle le gouvernement et l’employeur privé Fillon qui contractualise avec ses assistants parlementaires.

Il s’agit donc d’un coup de pression sur les magistrats et les enquêteurs pour leur dire que la défense allait se saisir de tous les prétextes pour ralentir l’enquête jusqu’à sans doute que le délai soit dépassé pour une mise en examen qui interférerait avec l’élection présidentielle. En clair, Fillon joue la montre.

Les tâches dévolues à ses « assistants »

On reste pantois quand on mesure l’écart existant entre les missions de représentation locale (réception et transmission des courriers ou des CV, représentation à des manifestations locales pour son épouse ou constitution de bases de données pour ses enfants) et les salaires versés.

On devient davantage perplexe lorsque l’on sait que le contrat passé avec le successeur de Fillon dans sa circonscription aboutissait à un salaire consommant la quasi intégralité de l’enveloppe attribuée au député.

Enfin c’est la circonspection qui prévaut lorsque l’on sait que le parlementaire Fillon a mis fin au contrat de son épouse un mois avant l’application de la loi sur la transparence obligeant à la publication du nom des assistants.

 

Tout cela, ajouté à la théorie du complot à la critique violente des médias, fait que François Fillon est aujourd’hui un candidat plombé, mais indispensable, face au vide sidéral laissé par la primaire de droite. Il représente également cette gérontocratie politique qui fait la pluie et le beau temps parlementaire depuis plus de 30 ans et qui s’étonne qu’on puisse lui reprocher de se goinfrer au frais des contribuables.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : Société - Réforme des collectivités locales - Vie des collectivités locales d'Ille et Vilaine - Nouvelles - Coups de gueules
  • Contact

Recherche

Liens