Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 21:11

J’ai mis du temps, mais j’ai lu le bouquin de Zoe Sheppard « Absolument dé-bor-dée, ou le paradoxe du fonctionnaire ». Le buzz produit à sa sortie avec les démêlés disciplinaires entre l’auteure et le Conseil Régional d’Aquitaine qui s’était considéré diffamé, ainsi que les réactions diverses et variées ne m’avaient pas incité à entrer dans le débat.

J’ai franchi le pas, cela m’a coûté 19 €, et j’avoue que je ne me suis pas ennuyé : le style est alerte, le récit rythmé et l’humour présent.

D’où vient alors cette gêne que l’on ressent en refermant ce livre, dont on ne sait pas s’il s’agit d’un roman, d’un récit, d’un témoignage ou d’un document ? C’est de là que provient le malaise qui aurait perduré si l’auteure n’avait pas été démasquée. Il faut en effet lire les commentaires postérieurs à cet épisode et celui de la commission de discipline pour lire des propos justifiant  rétrospectivement le contenu du bouquin et lui donner une dimension que l’on ne perçoit à aucun moment à sa lecture : « J’ai le droit de dénoncer des dysfonctionnements » « Ce genre de livre est utile parce qu’il peut permettre à l’administration de se remettre en cause ». Même le syndicat Sud vole au secours de l’intéressée en défendant son droit d’expression. Zoé Sheppard aurait donc été en croisade, à lire ces commentaires !

Ce qui dérange, c’est que ce qui est décrit dans ce livre a été pris au premier degré par beaucoup de personnes qui n’avaient pas forcement lu ce livre mais hurlaient toutes au loup contre la Fonction Publique Territoriale. Cela est confirmé par un sondage de Sud Ouest auquel 82,5 % de personnes ont répondu « qu’il était temps que la Fonction Publique prenne conscience de tout ce gaspillage » en répondant par la négative à la question « pensez-vous que Z. Sheppard mérite une suspension de 2 ans ? ».

Nous sommes bien dans l’air du temps : « tous pourris » clame le bon peuple dès que les juges sont montrés du doigt pour leur laxisme, qu’un ministre se fait rincer par un autocrate méditerranéen au pouvoir ou qu’un négociant chaptalise un peu trop son pinard.

Aucun recul, aucune vue d’ensemble, aucune intention de savoir et de débattre, mais la simple volonté de taper sur l’autre, surtout, comme c’est le cas de la Fonction Publique Territoriale, ses membres font figure de privilégiés (ce qui n’était pas le cas en période de plein emploi) : Voilà ce que je reproche au livre de Zoé Sheppard.

Cela transparaît dès la lecture des premières pages ou l’auteure nous explique comment rouler dans la farine le jury du grand oral du concours d’administrateur territorial. On a tout de suite conscience de l’importance du rédacteur, et de son intelligence supérieure, ceci étant destiné à nous convaincre de la crédibilité du reste du bouquin.

Et elle n’y va pas de main morte, la petite Zoé ! :

« Dans la Fonction Publique Territoriale, c’est le décolleté qui doit être rempli, pas le CV » (page 94)

« Ah, les arrosages dans la Fonction Publique territoriale…Nous sommes avant même d’être des glandeurs patentés, de biens joyeux lurons…Nous adorons faire la fête… , finir dignement nos journées à la limite du coma éthylique et de l’indigestion… le tout au frais du contribuable » (p. 232)

Pour moi qui ait passé pas mal de temps dans une collectivité, j’ai pris soudainement conscience d’être passé à côté de beaucoup de chose : pas dans le bon service, pas au bon moment, bref, une carrière incomplète !

C’est dommage, car à côté de ces outrances, la petite Zoé met le doigt sur un certain nombre de problèmes :

« La continuité du service public est aussi celle des problèmes qui ne se résoudront jamais, comme celui d’amener plusieurs services à travailler efficacement ensemble » (page 167)

« La nullité et la vacuité intellectuelle des consultants » (page 215) Pas faux, surtout si le recours au consultant est systématique et essentiellement destiné à « couvrir » la hiérarchie (dont les administrateurs territoriaux) vis-à-vis des élus, en cas de pépin.

Elle met aussi en relief la propension de certains élus mégalos à créer des services dont le nom ronflant (affaires internationales, mission Europe, prospection économique,…) est principalement destiné à promouvoir l’action d’un élu en mal de reconnaissance sur ses compétences obligatoires (social, lycée, formation, transports,…) qui ne le valorisent pas assez et à favoriser sa réélection et à conserver son petit cumul de mandats. Cela se traduira bien sûr par de belles photos dans le journal de la collectivité ou dans la presse locale à l’occasion de la signature du moindre avant-projet de protocole d’accord.

Mais malheureusement pour Zoé, elle ne nous décrit en réalité que le fonctionnement de ces services qui ne représentent qu’une infime partie des administrations territoriales. Elle ne nous propose que la caricature de quelques agents zélés, corrompus et incompétents. Elle ne nous parle pas, sans doute parce qu’elle n’en connait rien, des services qui se coltinent les problèmes de terrain au quotidien et avec efficacité, le plus souvent.

Malheureusement pour elle, elle n’aborde pas la délicate question du management des équipes qui est un véritable problème, sans doute à cause de son statut d’administratrice encore imprégnée d’un soupçon d’esprit de corps et pour ne pas ternir une image techno qui peine à affirmer une crédibilité dans le paysage territorial.

Zoé Sheppard, malgré ces impasses et ses lacunes, a tout de même bien assimilé le statut des fonctionnaires, qui permet le cumul entre une rémunération publique et des droits d’auteur, ce qui me laisse penser qu’elle a fait fausse route en intégrant la fonction publique : une école de commerce aurait mieux collé à son profil.

En attendant, nous sommes suspendus à ses prochaines publications : à quand « Zoé Sheppard chez les Chtis » se terminant par une reconduite forcée à la frontière régionale, ou « Zoé Sheppard à Levallois Perret » dénonçant les frais de réception de la Mairie, ou bien un désopilant « Zoé Sheppard, chargée de mission pour le logement social à Neuilly » ?

Vite, la suite !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : Société - Réforme des collectivités locales - Vie des collectivités locales d'Ille et Vilaine - Nouvelles - Coups de gueules
  • Contact

Recherche

Liens