Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 16:19

Il y a quelques semaines, j’ai publié un article intitulé « La Préfecture de Région à Rennes verra t’elle le jour ? ».

Nous avons aujourd’hui la réponse définitive : c’est non. Le Préfet de Région vient de l’annoncer, ce projet était trop cher en période de crise (40 millions d’euros) n’était plus compatible avec les contraintes budgétaires actuelles et est donc abandonné.

Bravo, direz-vous ! L’Etat montre enfin l’exemple et semble faire des économies. Sauf que l’abandon d’un tel projet n’est jamais neutre et qu’il aura des répercussions sur d’autres collectivités, le Département, en l’occurrence, qui paye depuis trois décennies les hésitations et la radinerie de l’Etat.

Vous devez bien vous douter que l’abandon d’un tel projet qui en était arrivé au stade des appels d’offres avec les entreprises va tout de même coûter de l’argent aux contribuables. Il a bien fallu faire un concours d’architectes et indemniser ceux qui n’ont pas été retenus. Quant à celui qui a été retenu, vous devez bien vous douter également qu’il a signé un contrat en bonne et due forme prévoyant sa rémunération à différents stades d’avancement du projet et le montant du dédit en cas d’abandon du projet.

D’autres organismes et bureaux d’études (sols, sécurité, énergie,…) ont également passé des contrats avec l’Etat et ont été rémunérés pour leur travail.

Au final, le gâchis financier doit se monter autour de deux ou trois millions d’euros pour les finances de l’Etat. Pas mal pour un projet qui ne verra jamais le jour !

L’Etat n’en n’est pas à son coup d’essai puisque dans les années 80, un projet avait été monté pour que l’Etat construise ses locaux propres et rende les surfaces occupées dans la « préfecture » au Département qui en est le propriétaire. Le Département qui souhaitait faciliter ce transfert avait alors versé un fonds de concours  de 7 millions d’euros environ, somme qui ne sera remboursée après l’abandon de ce projet initial que plusieurs années plus tard, après relances, et surtout sans intérêts financiers, au Département qui a donc perdu dans l’affaire au moins un, voire deux, millions d’euros d’intérêts : encore de l’argent des contribuables jeté en l’air.

Pendant tout ce temps, et encore aujourd’hui, le Département n’a pu avoir la jouissance de ses locaux et a été contraint de louer des locaux aux alentours de la « Préfecture de Beauregard »sur le marché de l’immobilier. Deux immeubles ont ainsi été loués pendant plusieurs années qui ont couté cher aux contribuables locaux en loyers, en aménagements et en entretien.

Afin de mettre fin à ces dépenses dont on ne voyait pas le terme, le Conseil Général a monté plusieurs projets d’extensions ou de constructions de locaux pour loger ses services dont l’importance croissait au fur et à mesure des transferts liés à la décentralisation.

Difficile de chiffrer l’argent dépenser en études, en rémunérations de cabinets divers et variés et d’architectes sollicités, mais là aussi, ces sommes se chiffrent en millions d’euros.

Au final, le département a renoncé à construire de nouveaux locaux sur Beauregard et a opté pour la construction d’antennes départementales dans les Pays afin d’essayer de maintenir de manière hypothétique un ascendant sur les communautés de communes.

Si l’on ajoute le coût de l’imbrication des services de l’Etat et du Département, celui du transfert des personnels du département dans les fameuses agences, le coût de relogement de l’état major des pompiers que le département envisageait de loger dans les locaux de la Préfecture devenus vacants et le coût des études, des frais d’architectes liés aux différents projets avortés, on ne doit pas être loin des 10 millions d’euros jetés par les fenêtres depuis le début.

Alors, monsieur le Préfet de Région aura beau essayer de nous rassurer sur la gestion des deniers publics qui justifie l’abandon du projet de Préfecture, il n’en reste pas moins que le compteur va continuer à tourner pour le contribuable local.

Cela s’appelle de la communication.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : Société - Réforme des collectivités locales - Vie des collectivités locales d'Ille et Vilaine - Nouvelles - Coups de gueules
  • Contact

Recherche

Liens