Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 16:55

Son journal avait envoyé Bernard Gatien pour faire un papier sur les festivités estivales organisées par le comité des fêtes de la Chapelle de la Lagune.

La fête de la moule que ça s’appelait.

Le comité, présidé par M. Bouchot (ça ne s’invente pas) qui espérait se faire une notoriété pour les prochaines élections municipales, avait bien fait les choses : 4 tonnes de moules et 2 de patates pour les frites, des fûts de bière et des cubitainers de vin blanc pour faire passer le tout. Pour les allergiques aux fruits de mer, il avait même prévu un stand andouille chaude avec vin rouge et patates à l’eau.

Les bénévoles arboraient un superbe T-shirt bleu frappé du sigle de la banque locale qui avait prêté le camion sono.

Côté animation, on avait fait venir le sosie d’un humoriste autrefois célèbre pour ses saillies graveleuses, mais qui avait plutôt bien évolué au fil du temps, ce qui n’était pas le cas pour le sosie lui-même qui en était resté aux blagues salaces d’origine.

Pour les intermèdes musicaux, le groupe folklorique local avait prévu de ressortir le répertoire du siècle dernier avec Josette à la vielle et Joël à l’accordéon.

Tout était prêt, sauf le temps des deux jours précédents qui avait rendu le terrain un tantinet boueux malgré les bottes de pailles étalées par les bénévoles, sauf la qualité des moules, sauf le répertoire du sosie qui tournait beaucoup trop autour de la saillie mytilicole.

Ajoutons à cela l’animosité légendaire entre M. Bouchot et le Maire de la commune qui souhaitait élever le niveau culturel, et l’attitude de quelques bénévoles qui avaient tâté, dès le matin, du cubi de vin blanc « pour voir s’il était suffisamment frais ». Le sosie avait participé aux tests.

Les ingrédients étaient réunis pour faire un article imagé que son rédacteur en chef refuserait à Bernard Gatien au prétexte que « cela froisserait les abonnés de la commune et donnerait une mauvaise image de la ruralité ».

Il en avait marre d’écrire chaque dimanche soir des articles sirupeux sur le concours de lancer de pantoufles, sur les « gracieuses » majorettes de Muflon le Contour, sur le championnat des bouffeurs de galettes saucisses et l’élection de miss muguet le premier mai.

Il en avait marre de cette pseudo « ruralité » mise à toutes les sauces et qui n’était rien d’autre que le maintien d’un conservatisme crasse, alors que la population était capable d’aller vers le meilleur si on le lui proposait, mais qu’importe, il ferait comme d’habitude pour gagner sa croûte. Il écrirait un bel article accompagné d’une belle photo dans lequel il mettrait l’accent sur le formidable succès de la fête malgré des ondées passagères, l’humour « décalé » du sosie qui avait rencontré un grand succès et l’engagement des bénévoles pour la défense d’un patrimoine local cher au cœur des édiles.

Cela donnait ces quelques lignes :

 « La fête de la moule à la Chapelle de la Lagune »

« Pour sa 12ème édition, le succès de cette fête qui fait désormais partie des manifestations qui comptent dans la Région ne s’est pas démenti. Malgré le temps incertain, les bénévoles du comité des fêtes ont mis tout en œuvre pour satisfaire les 2500 personnes qui avaient fait le déplacement. A côté des nourritures terrestres, le côté culturel et convivial n’avait pas été oublié et le groupe folklorique local ainsi que le sosie de notre humoriste national ont su mettre une belle ambiance.

Au soir de cette belle journée, les officiels se félicitaient du succès de cette fête qui a mis brillamment en avant les valeurs et la culture locale   »

Une photo du Maire, accompagné de son épouse, du Président du comité des fêtes et du sosie chapeautait l’article qui figurerait dans les pages régionales, compte tenu de « l’importance » de cette manifestation.

Fatigué et frustré par l’exercice obligé de langue de bois auquel il s’était livré, il se mit à rédiger pour lui-même un second article, beaucoup plus objectif et détaillé. Il avait en projet, une fois parti en retraite, de publier un recueil de ses meilleures observations des mœurs locales, pas des articles publiés dans le journal.

 « Dimanche dernier, la 12èmeédition de la fête de la moule de la Chapelle de la Lagune n’a pas eu le succès espéré, par la faute des conditions climatiques qui ont totalement gâché la fête et transformé le terrain en bain de boue géant.

Au lieu des 6000 personnes attendues, ce sont seulement 2500 participants qui ont été accueillis, fort heureusement pourrait-on dire, car, en raison de l’origine douteuse d’une partie des moules consommées, de nombreuses indispositions ont été constatées en fin de journée qui ont mobilisé le corps médical et para médical du canton, ainsi que la supérette sollicitée pour fournir en urgence plusieurs dizaines de paquets de papier toilette.

Dès le début de la matinée, des incidents avaient eu lieu lors de la préparation de la fête.

Quelques bénévoles fortement imbibés par les vapeurs de vin blanc avaient procédé au montage approximatif de la scène sur laquelle allaient se produire le sosie et le groupe folklorique local puis ils avaient entonné quelques chansons paillardes au moment de la sortie de la messe, ce qui n’avait pas été du meilleur effet et entraîné une vive protestation du curé auprès des organisateurs.

Le « Sosie », qui avait participé aux agapes et promettait une « prestation d’enfer » pour l’après midi avait entrepris de séduire la femme du Président du comité des fêtes, connue pour sa légendaire convivialité, et était arrivé à ses fins dans le local de stockage des moules.

Remonté par son succès du matin, le sosie avait effectivement fait ce qu’il avait annoncé et en avait rajouté dans le salace et le grivois, ce qui avait provoqué le départ de familles cherchant à préserver les oreilles chastes de leur progéniture. Une panne de micro fort opportune avait mis un terme au show du sosie fermement prié de quitter la scène.

Une bagarre avait alors éclaté en coulisse entre le Président du Comité des fêtes, mis au courant de son infortune conjugale, et le sosie, qui aurait désormais des difficultés à se prévaloir de sa ressemblance physique pour se faire engager dans d’autres manifestations.

Le groupe folklorique local, chargé de faire oublier ce qui venait de se passer entra alors en scène et commença à danser. C’est lors de la gavotte que se produisit l’accident, à savoir un effondrement de la scène bricolée par les fêtards du matin. Pas de blessures graves mais quelques contusions et quelques blessures d’amour propre pour certaines danseuses au physique avantageux qui avaient perdu leurs jupes dans la mêlée et de danseurs au pantalon déchiré laissant entrevoir pour l’un d’entre eux un string panthère du meilleur effet.

Cette journée fut donc un fiasco pour le comité des fêtes : des invendus, des cubis de vin pleins qu’il faudrait chercher à replacer et de l’andouille grillée à jeter. Le bilan financier s’annonçait catastrophique, mais en termes d’image c’était bien pire. Plus question pour M. Bouchot, grillé, carbonisé, et son infortune conjugale mise sur la place publique de surcroit, de vouloir jouer désormais un quelconque rôle dans la vie politique locale.

Le Maire, effondré par le bilan désastreux de cette journée, avait bien fait comprendre au Président du Comité des Fêtes qu’il fallait qu’il passe la main définitivement.

Bernard Gatien ajouta la même photo que celle illustrant l’article officiel avec la légende suivante : « Avant la tempête ».

Avant d’aller se coucher, satisfait de ce double exercice, il envoya par mail l’article officiel à la rédaction de son journal. Du moins, le croyait-il…

Ce n’est que le lendemain en ouvrant le journal aux pages régionales, qu’il s’aperçut de son erreur de transmission.

Son article, enfin celui qu’il réservait pour ses mémoires, occupait un quart de page sous le titre « Des incidents en série à la fête de la moule à La Chapelle ».

Il apprit plus tard que son rédacteur en chef que l’on surnommait « Pas de vagues » était absent lors du bouclage du journal en raison d’une indigestion de foie gras et que le stagiaire qui l’avait remplacé avait cru bien faire en publiant, sans le relire, dans la rubrique « faits divers », l’article d’un localier réputé pour sa pondération et sa mesure. 

Cet épisode avait mis un terme prématuré à la carrière de journaliste de Bernard et anticipé celle d’écrivain.

Le cataclysme provoqué au journal avait été suivi d’autres licenciements, dont celui du rédacteur en chef de la locale et du stagiaire et le Directeur de la publication avait présenté ses excuses aux lecteurs en première page.

Le journal avait du faire face à de nombreuses protestations, avait perdu des lecteurs mais en avait gagné d’autres et avait été attaqué au civil par le Président du Comité des fêtes pour « atteinte à la vie privée ».

Le Conseiller général du canton s’était ému de la parution de cet article qui, avait-il dit « était une insulte aux courageux bénévoles qui chaque année ne comptaient pas leur temps pour l’organisation des fêtes locales si prisées de nos concitoyens et si utiles à la vie économique locale… ». Il avait simplement omis d’ajouter « et au conseiller général qui en profite pour se faire de la pub au travers du versement d’une subvention pour le développement touristique».

Le Maire, en l’absence d’opposition aux élections municipales suivantes avait été réélu dès le premier tour et lui et son équipe planchaient désormais sur l’organisation d’un festival de musique classique en lien avec l’école intercommunale de musique.

« L’affaire Bouchot », comme on l’appelait maintenant avait longtemps fait les délices des cours de déontologie et de vérification des sources dans les écoles de journalisme qui conviaient régulièrement Bernard Gatien à venir faire des exposés sur ces sujets. A ces occasions, il ne manquait jamais de souligner les liens ambigus existants entre la presse locale et les forces politiques conservatrices en appuyant sur le glissement observé vers les mouvements extrémistes.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : Société - Réforme des collectivités locales - Vie des collectivités locales d'Ille et Vilaine - Nouvelles - Coups de gueules
  • Contact

Recherche

Liens