Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 11:15

C’est le vrai titre de mon bouquin et vous avez échappé au pire parce que le choix du titre a été l’occasion d’une franche poillade entre Brice et moi. On était parti sur « Tout pour ma gueule » mais les communicants qui sont nés le lendemain de l’humour n’ont pas apprécié et c’est eux qui ont proposé ce titre pompeux de « Tout pour la France » mais qui plaira aux mémères emperlousées du 16ème et aux électeurs du Front.

Avantage de ce titre, celui de marginaliser mes concurrents, du fourbe Copé en passant par le traite Fillon et le premier de la classe Le Maire sans oublier le néanderthalien du Bordelais. Les autres ? Quoi les autres ? Non, mais franchement, les yeux dans les yeux (mouvement d’épaule d’énervement), vous êtes sérieux ? Un poste par ci, quelques responsabilités par-là dans un des fromages de la République et le tour est joué. Je pense obtenir une place pour Nadine aux grandes gueules à la télé.

Et y’a pas que le titre ! Je m’engage à affronter cinq grands défis : la vérité, la compétitivité, l’identité, l’autorité et la liberté, ça a de la gueule, non ?

A quoi, ça m’engage ? A rien ! Vous avez déjà vu un homme politique tenir des promesses, vous ? Ce que mes compatriotes attendent, c’est le souffle, l’impulsion, le rêve, l’envie de voter pour moi, quoi, c’est pas difficile à comprendre ! Après, on s’en fout, l’objectif sera atteint, je serai casé et intouchable pour encore cinq ans et les juges qui me cherchent sur le trafic d’influence dans l’affaire Bettencourt ou dans l’affaire Bygmalion l’auront bien profond.

Et puis franchement, hein, franchement (nouveau mouvement d’épaule), à quoi ça sert un Président aujourd’hui ? Hein ? C’est un produit de consommation jetable. Ceux qui tiennent la boutique, c’est les banques et le Médef. La preuve, l’autre (Hollande, ndrl) s’est couché devant les premières (qu’est ce qu’il nous a fait rire avec sa tirade au Bourget : « Mon ennemi, c’est la finance ») et pour les entreprises, c’est open bar avec son pacte de je sais pas trop quoi et les milliards foutus en l’air.

D’ailleurs je compte bien mettre un frein à toutes ses dépenses inconsidérées et comme le dit le Président du Syndicat des Médecins de France qui vient de signer un accord sur la consultation à 25 € : « Une gauche aux abois nous donnera toujours plus que la droite ». Bien vu !

Et puis il faudra bien financer toutes les dépenses de sécurité et les recrutements dans la police que j’envisage. Quoi, j’ai supprimé des postes quand j’étais président ? Ben oui, y’avait pas de menace terroriste comme maintenant et je compte bien pendant la campagne mettre en avant les insuffisances du gouvernement actuel en matière de sécurité.

La laïcité ? J’ai déjà tout dit dans mon discours de Latran : je fais davantage confiance au curé qu’à l’instituteur et s’il faut faire des concessions avec les autres religions, c’est pas un problème.

Le mariage pour tous ? J’ai promis de revoir la loi, ou de l’abroger, ça dépend devant qui je m’exprime, mais les promesses, vous savez…

Et puis enfin, quoi ! (troisième mouvement d’épaules), les français, y veulent quoi ? Regarder la nouvelle star à la télé et aller dormir ou bien être dirigé par un homme à poigne qui les fera encore rêver en leur disant que les sacrifices qu’ils consentiront ne seront pas vains et que les entreprises du CAC 40 et les banques leur en seront éternellement reconnaissant.

Je vous parle de la FRANCE, je veux que la politique cesse d’incarner l’impuissance (et je suis bien placé pour en parler). Je veux qu’elle redevienne une espérance, surtout pour moi.

(Debout derrière son bureau, carrément emporté) Je suis l’homme providentiel que les Français attendent, le nouveau Bonaparte, le champion de vélo et de course à pied, le mari de Carla, l’ami de Mme Bettencourt, de Gattaz, des banquiers, du CAC 40. Je les aime tous. Ce sont eux qui vont m’aider à me mettre au chaud à l’Elysée pour 5 ans, à revoir Angela, l’Emir du Quatar, à foutre le bordel quelque part comme en Lybie pour asseoir ma stature internationale si la situation économique intérieure va mal, ce qui devrait encore être le cas, alors vos questions à la con et vos insinuations vous pouvez les mettre où je pense.

Les français sont des veaux. Non, les Français ne se rappellent de rien de ce qui s’est passé avant 2012, pas plus que mes déclarations après ma défaite qui devait valoir retraite définitive et même cure de désintoxication. Ils voteront pour moi, moi, moi ! J’ai une addiction au pouvoir, et j’en veux encore, encore, encore.

Fin de l’entretien. Une assistante, inquiète, passe la tête par la porte et dit : « C’est l’heure de votre quatrième séance de relaxation, Monsieur le Président ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ielosubmarine 25/08/2016 08:13

Je n'envisage même pas d'aller aux primaires de la "gauche", donc encore moins à celles de droite...

faby 24/08/2016 09:19

Malheureusement j'aime beaucoup ton billet Michel : triste réalité
la solution , même si l'on est de gauche , si tenté que cela ait une signification aujourd'hui, voter aux primaires de la droite pour l'éjecter !

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : Société - Réforme des collectivités locales - Vie des collectivités locales d'Ille et Vilaine - Nouvelles - Coups de gueules
  • Contact

Recherche

Liens